4832628_6_b96d_une-assemblee-de-stormtroopers-durant-la_e61ef6a0c8cadcdd2c4bddfdb27ec647

Star Wars : L’épisode que George Lucas voulait interdire

Source de l’article : le Monde

Il y a bien longtemps,
dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Octobre 1977, l’Amérique est en pleine ébullition. Star Wars (qui n’est pas encore titré Un Nouvel Espoir) envahit les écrans et le monde. Une véritable armée de produits dérivés se déploie sur tous les étalages possibles.

Alors qu’il commence à travailler sur le scénario de la suite de son film, George Lucas est contacté par CBS afin d’adapter son univers pour un « Holiday Special » diffusé par la chaîne.

Star Wars Holiday Special @20th Century Fox

Star Wars Holiday Special @20th Century Fox

Les négociations font rage, mais Lucas pense que ce serait un excellent coup de monter ce projet : le public doit rester sous le joug de l’univers Star Wars en attendant la sortie de L’Empire contre-attaque prévue trois ans plus tard.

Le réalisateur rencontre alors les producteurs du show afin de se mettre d’accord sur l’histoire. Ils imaginent Chewbacca devant rentrer chez lui pour une affaire urgente : le Wookie doit retourner sur sa planète natale afin d’y fêter son anniversaire. Mais les troupes de l’empire sont à la poursuite du Faucon Millenium et l’empêchent de s’enfuir en hyperespace. De plus, la famille du Wookie subit au même moment une fouille des impériaux pour voir s’ils ne sont pas de connivence avec la rébellion.

Obligation contractuelle de participer à l’émission

Le scénariste Bruce Vilanch (plus connu pour avoir écrit des sketchs de Roseanne Barr, Billy Crystal et Robin Williams) s’attelle à la tâche : Il faut transformer cette idée en script de 70 minutes. Cependant, il se retrouve face à un véritable challenge. Il doit écrire une histoire basée sur des Wookies ne pouvant pas parler mais seulement pousser des grognements. De plus les producteurs lui demandent de viser un très large public. Il faut donc que le programme soit bon enfant.

Bruce Vilanch Photo: Helga Esteb / Shutterstock.com

Bruce Vilanch Photo: Helga Esteb / Shutterstock.com

Le script se retrouve remanié plusieurs fois et finalement, ce ne sont pas moins de six scénaristes qui travailleront dessus. Le contrat liant les acteurs des films les obligeant à participer à ce programme, le scénario final peut donc intégrer Luke Skywalker, Han Solo, Leïa, C-3PO ou même Dark Vador (dont seule la voix sera reprise par l’intermédiaire de James Earl Jones).

Pour les épauler, la production embauche Harvey Korman, comique télévisé, afin d’imaginer des sketches tout au long de l’émission.

Le budget est fixé à 1 million de dollars et David Acomba, un ami de Lucas, est engagé pour diriger l’épisode. Cependant, très vite la situation se dégrade. Les producteurs du show ne cessent d’être en désaccord avec lui. Il sera vite remercié et un vétéran des émissions TV, Steve Binder, prend la relève. Ayant réalisé plusieurs émissions mettant en scène Elvis Presley ou les Rolling Stone, il sera l’homme de la situation. Il réalisera même un générique pour l’occasion dans lequel chaque personnage fait semblant de jouer avant de sourire à la caméra dans le plus pur style des années 1970 et 1980.

Pendant le tournage, Mark Hamill (Luke Skywalker) commence à sentir que tout ne se passera pas comme prévu quand on lui demande de pousser la chansonnette. Heureusement, à force de persévérance, il arrive à mettre son veto. Carrie Fisher (Leïa) sera, quand à elle, plutôt contente de pouvoir s’essayer à des vocalises devant Harrison Ford et Mark Hamill dans une version arrangée du thème original. Ses compagnons affichent d’ailleurs une moue plutôt gênée pendant toute la scène immortalisée.

George Lucas commence à sentir le désastre venir, et la version finale ne fera que confirmer ses plus grandes craintes. Mais la machine est lancée et il ne peut plus rien faire.

Le 17 novembre 1978, le public américain découvre à la télévision la suite de Star Wars…

Spectacle de danse et cours de cuisine

Le film démarre par la famille de Chewbacca qui regarde un spectacle de danse psychédélique qui fait penser qu’il n’y avait pas que du Coca Cola sur les plateaux de tournage. Après une scène culinaire des plus indigestes, les impériaux arrivent enfin pour envahir la maison. Nous pouvons espérer de l’action… Mais non, c’est l’heure où le petit frère de Chewbacca se décide à regarder un dessin animé narrant les aventures de Han Solo et de son fidèle compagnon (ce qui ne devait pas être très bien vu à l’époque de l’empire, admettons-le). Je ne vous dévoilerai pas le reste de l’intrigue afin de vous laisser le suspens et découvrir vous-même si notre Wookie préféré arrivera à siffler ses bougies avant la fin de la journée.

Curieusement, l’émission eut de très bonnes critiques dans la presse lors de sa diffusion. C’est seulement au fur et à mesure des diffusions par vidéocassettes pirates lors des conventions que le public douta de cet ovni télévisé. Au fur et à mesure du temps, il acquit même le titre de l’émission la plus stupide de la télévision. George Lucas a même déclaré que s’il avait le temps et un marteau, il détruirait lui-même toutes les copies du Holiday Special.

Anthony Daniels, alias C-3PO, a gardé le script pour pouvoir s’en moquer de temps en temps.

Harrison Ford, interrogé lors d’une émission en 2006, s’est retrouvé bien gêné de reparler du Holiday Special. Seule Carrie Fisher s’en amuse puisqu’elle a négocié avec Lucas sa participation aux commentaires audio de l’édition DVD de la trilogie originale contre une copie de l’émission. De quoi organiser des soirées pour se moquer de sa propre performance.

Première apparition de Boba Fett

Cependant, on ne peut pas que dire du mal du Holiday Special. Il a le mérite de faire apparaître pour la première fois la planète Kashyyyk d’où est originaire Chewbacca et qui reviendra dans le premier livre de l’univers étendu, L’Héritier de l’empire de Timothy Zahn, ainsi que dans l’épisode III, 28 ans plus tard.

Certes, la portion en dessin animé possède un scénario assez abracadabrant, celui d’un talisman magique rendant invisible quiconque le porte, et donc fortement recherché par l’empire. Mais on y découvre pour la première fois le chasseur de primes Boba Fett qui deviendra un des personnages les plus appréciés de l’univers. En effet, Joe Johnston, designer sur la trilogie originale et futur réalisateur de Jumanji, avait donné en avance ses dessins préparatifs pour le personnage sur lequel il travaillait en prévision de L’Empire contre-attaque.

Enfin, cet épisode a le mérite de figurer dans l’univers « canon » de Star Wars. En effet, avant le rachat par Disney, la mythologie était divisée en deux grandes parties : le canon incluant la véritable histoire, et l’univers étendu, qui comporte tout ce qui pouvait être ignoré par Lucas et se passant dans des univers parallèles en cas de conflit avec les films.

Et donc, selon les règles de la canonicité, cet épisode rentre dans la trame principale de Star Wars. On peut donc conclure que la trilogie originale comportait quatre épisodes… La Force est puissante dans la galaxie !

Views – 1429

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *